[Live Report]Frank Carter & The Rattlesnakes @ Rockstore le 23/02/19

C’est dans une ambiance électrique que s’est produit au Rockstore l’Anglais Frank Carter accompagné de ses serpents à sonnette, le 24 mars 2019.
Connaissant uniquement les albums et la réputation scénique du groupe, voilà l’occasion parfaite de commencer la saison des concerts de qualité. Les ayant déjà loupé à TINALS il y a deux ans, il est temps de réparer cette erreur. 

La première partie est assurée par le jeune groupe King Nun, où le batteur ressemble à Draco Malfoy et le chanteur est un mélange de Kurt Cobain, Iggy Pop et Pete Doherty. C’est jeune, frais, dynamique mais pas ouf non plus. 

Il est presque 21h et c’est au tour de Frank Carter & The Rattlesnakes de faire leur entrée sur scène et de commencer très fort en jouant Crowbar, single issu de leur nouvel album End of Suffering.
Le chanteur chante, crie, saute dans tous les sens, marche sur la foule, communiquant son énergie à un public quelque peu timide.

©Yann Cabello

Les titres s’enchainent sans réel temps mort, Carter prend le temps d’adresser quelques mots au public; d’abord pour les remercier d’être là puis juste avant de commencer Vampires, le bonhomme se fend d’un discours certes convenu mais sincère sur le féminisme et le fait qu’il est important de faire des concerts de rock des endroits safe pour les femmes et qu’elles ont le droit de pogoter, slammer sans se faire tripoter.

De ce fait, bon nombre de filles montent sur scène pour se jeter sur/dans la foule pendant que notre rouquin préféré continue à distiller sa rage et son énergie, énergie qu’il canalise en faisant place à des morceaux plus calmes comme Acid Veins ou Anxiety, issu lui aussi du nouvel album (qui sort début mai) et qui sera précédé d’un discours sur la dépression, le mal-être (qui est le thème de ce nouvel album) et au cours duquel Frank Carter nous incite à prendre soin des gens que l’on aime et que l’on sait fragile. 

Après avoir confessé sa double tentative de suicide, l’Anglais tout tatoué ne se laisse pas abattre et balance encore plus de haine (notamment envers Theresa May et son Brexit) sur Jackals.
La fin est presque proche mais l’énergie est toujours bien présente jusqu’à ce que Frank Carter décide de péter un cable (à juste titre) envers un mec monté sur scène pour slammer… avec la bite à l’air ! 
Voilà donc le morceau Juggernaut interrompu en plein élan (manifestement, le jeune homme en question n’a pas dû piger le tout premier discours sur le harcèlement sexuel, le respect mutuel, etc.) et Frank Carter de virer ce spectateur peu respectueux (spectateur qui se fera même lyncher par d’autres personnes du public lorsque deux grands mecs bien costauds l’escortent vers la sortie).

Tout le monde est bien chaud, les pogos pas méchants mais bien efficaces et toutes les bonnes choses ayant une fin, I Hate You vient conclure ce concert fort et puissant.
Après de moults « Thank you very much, you guys are amazing », le groupe quitte la scène… sans rappel ! 

J’avoue que cette fin un peu abrupte rend ce concert assez frustrant car on en aurait bien repris un petit peu dans la tronche !
Même si vous ne connaissez pas ou peu Frank Carter & The Rattlesnakes, le groupe mérite amplement le coup d’œil et d’oreilles en live.

SETLIST

  • Crowbar
  • Wild Flowers
  • Tyrant Lizard King
  • Trouble
  • Vampires
  • Fangs
  • Heartbreaker
  • Acid Vein
  • Anxiety
  • Snake Eyes
  • Jackals
  • Lullaby
  • Kitty Sucker
  • Devil Inside Me
  • Juggernaut
  • I Hate You

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s