Les écoutes du mois #janvier-février 2019

Bonjour tout le monde !

Il se trouve que j’ai écouté pas mal de trucs ces deux derniers mois, mais il s’agit de (très) vieilles sorties donc je préfère me focaliser sur ce que j’ai soit écouté le plus ou ce qui mérite (plus ou moins) d’être mis en avant car en cohérence avec la ligne éditoriale de ce blog.
Voici donc mes 3 albums sélectionnés pour ces écoutes du mois autour de la thématique « cure de vitamines ». Bonne lecture !

Prettiest Eyes – Pools (2018)
Genre : Post-punk

Ce trio de Los Angeles aux origines mexicaines est en train de tout démonter. Un joyeux bordel aux influences diverses; Don’t Call qui ouvre l’album rappelle Liars ou Thee Oh Sees tandis que le titre No Hands Pete semble sortir tout droit d’un film de David Lynch.
Tout est sympathiquement rétro et délicieusement foutraque à l’image de Untitled. De cet album se dégage une énergie électrique bel et bien confirmée par Prance.
Le printemps arrivant, ce disque est à prescrire en guise de cure de vitamine C tellement ça déglingue !

Ma note : 7/10
À écouter si vous aimez : Ty Segall, The Oh Sees, The Doors, tout ce qui est psyché

DTSQ – Neon-Coloured Milky Way (2017)
Genre : Alternatif/indie rock

Quand on dit « musique » et « Corée » dans la même phrase, on pense direct K-Pop. Et bien figurez-vous que les Coréens savent aussi faire du rock psyché complètement jeté et ils le font bien ! 
Ces « weird Korean rockers » qui aiment les pizzas au pepperoni et les chats sont en passe de devenir la nouvelle référence du garage rock psyché.
Avec leurs allures de geeks et multipliant les clins d’oeil à la pop culture (Stay Put Marshmallow Man is Coming est l’exemple parfait), le quatuor livre ici une petite pépite pleine d’entrain (Air My Skin et All My Friends Are Aliens en tête) qui promet pour la suite de leur carrière. 
Ma note : 8/10
À écouter si vous aimez : King Gizzard & The Wizard Lizard, Pond, les synthés chelous

Too Many Zooz – Subway Gawdz (2016)
Genre : Free jazz/brass house

À force de voir cette vidéo (qui date quand même !) tourner en boucle parmi mes contacts Facebook, j’ai décidé d’y ajouter un petit clic pour voir et… cette branlée auditive !
Le trio new-yorkais officie principalement dans le métro depuis 2014 pour donner naissance à la brass house, un hybride entre le free jazz et la fanfare au résultat plus que détonnant.
Pas un seul temps mort, pas un seul morceau ne passe sans qu’on danse dessus comme le suggère Subway Gawdz ou Party Island.
Le groupe se paie même un morceau de pur hip-hop (Talkin About) prouvant ainsi que le mélange des genres est définitivement une bonne chose.

Clairement la meilleure découverte de ce début d’année, à écouter d’urgence !
Ma note : 8/10
À écouter si vous aimez : Hiromi, le jazz, les expérimentations en tout genre, Epic Sax Guy

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s