[Live Report] Japan Night au Théâtre de la Mer le 4/07/18

C’est dans le mythique Théâtre de la Mer à Sète qu’eut lieu la 13ème édition du Worldwide Festival, créée et organisée par le DJ franco-britannique Gilles Peterson, du nom de l’émission de radio qu’il animait sur la BBC et qui est aujourd’hui une webradio.

Ainsi, comme le nom du festival l’indique, on trouve pendant cet événement des artistes d’horizons divers, qu’ils soient musicaux ou géographiques et ce 4 juillet était présenté comme la Japan Night, mettant à l’honneur des artistes… Japonais avec, pour tête d’affiche, le beaucoup trop rare DJ Krush.
Le reste du programme est, apparemment, de bonne facture (j’avoue que je ne connaissais pas du tout les autres noms, à part Toshio Matsuura que j’ai écouté très vite fait chez moi avant ce concert là).

Il est à peu près 20h45 quand j’entre au Théâtre de la Mer et Shuya Okino (membre du duo Tokyo Jazz Massive, l’un des groupes pionniers jazz au Japon), vêtu d’un borsalino et d’un yukata traditionnel, est déjà occupé à ambiance le public avec un DJ set jazz/funk plutôt agréable.

Shuya Okino et Gilles Peterson ©Gilles Peterson’s Worldwide Festival

21h, Akiko Kiyama se présente sur scène pour délivrer une musique electro parfois ambiant, parfois très noise et qui me rappelle Nic Endo (Atari Teenage Riot).
Loin d’être une débutante, elle est la première femme à s’être lancée dans la production techno minimale au Japon.
Son set démarre avec quelques morceaux assez froids, très mécaniques (comme c’est souvent le cas dans la techno minimale), bref pas idéal pour chauffer un public.
Au fur et à mesure que le soleil se couche, son mix devient plus accessible, avec des morceaux un peu plus house, mettant ainsi le public un peu à l’aise et prêts à groover pour le reste de la soirée. 

Akiko Kiyama ©Gilles Peterson’s Wordwide Festival

 

Toshio Matsuura Group

Toshio Matsuura est un grand habitué du Worldwide Festival car le monsieur présent à CHAQUE édition (ou presque) depuis sa création. C’est aussi une des grosses pointures du milieu jazz/electro au Japon, créateur et membre du groupe United Future Organization.
Mais ce soir-là, il est présent sous le nom de Toshio Matsuura Group,
son nouveau projet qui réunit plusieurs musiciens déjà présents dans d’autres formations et au sein duquel Matsuura est le chef d’orchestre (sur scène, il sera un peu en retrait, à bidouiller sur son ordi) et ils nous présentent l’album LovePlayDance, qui ne contient en réalité quasiment que des reprises d’artistes electro (Flying Lotus ou Roni Size pour en nommer quelques uns), le tout revisité à la sauce jazz contemporain.
Le set commence tout doucement mais très rapidement, Matsuura n’hésite pas à haranguer la foule, provoquant un mini raz-de-marée humain où tout le monde descend des gradins pour danser (ce qui mettra les membres de la sécu en peu en alerte face à cette situation impromptue)
Pendant près d’1h30, le groupe enchaine les morceaux, avec cette envie que cela dure toute la nuit.
Le set se finit dans une effervescence incroyable et j’en viens même à me demander si DJ Krush fera tout aussi bien niveau ambiance.

©Gilles Peterson’s Wordwide Festival

Néanmoins, un élément vient quelque peu gâcher la fête : la pluie.
En effet, un gros épisode orageux passe au-dessus de nos têtes au moment où DJ Krush doit se produire. Les organisateurs prennent donc le soin de protéger amplis et lumières (au cas où vous l’ignoriez, le Théâtre de la Mer est à ciel ouvert) et nous demande de nous mettre à l’abri pendant une bonne vingtaine de minutes, le temps que Dame Nature fasse son caprice.
Nous nous exécutons et reprenons nos places peu avant minuit, heure à laquelle le mythique
 DJ Krush entre sur scène. Gilles Peterson, l’organisateur du festival, se fend de quelques mot à propos du DJ car quand bien même les deux sont amis de longues dates, c’est la 1ère fois que Krush participe au festival (d’une manière générale, Krush se produit rarement en France). 

Maitre du turntablismDJ Krush nous transportera pendant près d’1h40 où il alternera entre des morceaux issus de sa propre discographie et d’autres issus du folklore traditionnel japonais, le tout teinté d’une touche d’électro, ce qui a clairement fait la réputation du DJ et qui correspond à l’image d’Epinal qu’on se fait du Japan : un mélange entre modernité et traditionnel, le tout étant toujours très cohérent quand c’est manié avec talent comme le fait notre ami Hideaki Ishi.
L’effervescence est totale, le temps est comme suspendu et notre ami nippon conclut sa performance avec un Ready Or Not remixé comme jamais et qui met tout le monde d’accord (comme si c’était pas déjà fait 😛 )

Il est 1h30, cette belle soirée s’achève (du moins pour moi car elle continue jusqu’à 4h du mat’ avec un DJ set de Satoshi Tomiie)

どうもありがとう Worldwide Festival et sûrement à l’année prochaine !

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Une réflexion sur “[Live Report] Japan Night au Théâtre de la Mer le 4/07/18

  1. Pingback: [Live Report] Seu Jorge au Théâtre de la Mer le 10/7/18 – Au Rayon Musique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s